La façon dont les gens intelligents traitent les personnes toxiques en dit long sur leurs capacités psychologiques. Ils ne se laissent pas subjuguer, ils savent comment définir les limites et ils sont conscients de l’impact qu’une dynamique stressante peut avoir sur leur santé. Si c’est notre cas, l’un des meilleurs cadeaux qu’on peut se faire est d’apprendre à neutraliser et à mettre en œuvre des stratégies pour gérer les personnes toxiques. Certains sociologues ou experts en psychologie sociale disent que nous vivons à une époque chargée de toxicité. Nous sommes habitués à entendre souvent ce terme et parfois nous ne savons pas exactement où se situe la limite entre ce qui est toxique et ce qui ne l’est pas. Il est donc clair que nous vivons à une époque marquée par l’instabilité et l’incertitude et que cela se reflète dans de nombreux contextes de la vie quotidienne. Comme le révèlent diverses études, l’environnement de travail est le contexte par excellence dans lequel les attitudes toxiques sont adoptées. Surtout dans les contextes de travail où la productivité est le mot-clé. C’est là qu’apparaissent la méfiance, la rivalité, l’envie, la frustration et les atteintes au bien-être systémique de l’organisation. Les personnes toxiques ne manquent pas non plus dans la famille. Les personnes qui, en raison de leur caractère ou de leurs expériences personnelles, adoptent même des attitudes préjudiciables à l’égard de leurs enfants ou de leur partenaire. Dans ces derniers cas, l’impact et les dommages peuvent être plus importants, car une composante émotionnelle, un lien de sang, est ajoutée.

Comment traiter les personnes toxiques ?

La manière dont nous pouvons gérer intelligemment les personnes toxiques dépend de plusieurs facteurs. La première est la considération simple et évidente que tout comportement toxique est illogique. En prendre note nous aidera vraiment, parce qu’on cessera d’accorder autant d’importance à une série d’actions et de mots dénués de sens, là où on essaye presque exclusivement de projeter sur l’autre le malaise, la frustration et les émotions négatives. Deuxièmement, il y a un aspect que nous ne pouvons pas sous-estimer. C’est une exposition prolongée à ces dynamiques nuit à la santé de notre cerveau. Constamment soumis à ces dynamiques, on se sent plus stressés, anxieux et fatigués et ne peut pas se concentrer ou penser clairement. La clarté de ces détails est un principe qui nous poussera à fixer les bonnes limites. Il faut voir maintenant comment nous pouvons gérer les personnes toxiques en utilisant quelques astuces intellectuelles.

– Se concentrer sur les solutions, pas sur les problèmes

Lorsque notre environnement est également composé de personnes toxiques, nous vivons dans un état d’alerte constant, comme si nous vivions sous la menace. C’est presque comme voir l’aileron d’un requin errer sur notre territoire tous les jours. Nous sommes plus préoccupés, d’une certaine manière, par la présence de cette personne, par ce qu’elle dit ou ne dit pas, par ce qu’elle fait ou ne fait pas, que de mettre en place des stratégies de défense contre ses attaques. N’oubliez pas que les personnes intelligentes sont plus enclines à chercher des solutions au problème qu’à se concentrer sur les comportements toxiques. Lorsque quelque chose les dérange ou les gêne, ils réagissent rapidement.

– Définir les lignes de démarcation dès que possible

Nous savons que l’on doit être naturellement doué de la capacité à répondre au ton. Mais il faut demander, comment agir pour freiner les comportements toxiques, sans oublier que dans ces cas-là, il n’est pas toujours utile de fuir ou qu’il n’est pas possible de mettre une certaine distance entre nous et la personne toxique. Il faut tracer des limites, des barrières de protection. Pour ce faire, il faut faire comprendre à la personne en question que ses attitudes ont des conséquences, que tout n’est pas permis et que certains comportements blessent et créent des tensions. Il faut indiquer clairement dès le départ quelle est la limite, cette ligne que nous ne lui permettrons pas de franchir.

– Gestion correcte des émotions

Vous devez être pleinement conscient de vos émotions. Si nous nous sentons épuisés ou fatigués psychologiquement, il faut gérer cette situation. La première chose à faire est de comprendre que personne n’a le droit d’enlever notre sourire ou notre calme intérieur. La deuxième chose est qu’il ne faudrait pas donner un rôle important à ceux qui n’ont tout simplement rien fait pour gagner une place dans notre vie.

– Prendre soin de votre santé et de votre bien-être

Il se peut qu’il existe plusieurs personnes toxiques ; nous avons peut-être même appris à les traiter efficacement. Pourtant, il y a une chose qu’il ne faut pas perdre de vue, même pour un instant : notre santé. C’est pourquoi nous devons accorder une certaine importance à ce que nous mangeons, à la durée de notre repos et au temps que nous passons à détendre. Apprendre à débrancher et à ne pas penser à ces profils psychologiques nous permettra de gagner en termes de qualité de vie. Il est évident que tout cela demande un effort considérable, car nous parlons de personnes expertes en trip. Malgré tout, le jeu en vaut la chandelle : efforçons-nous d’être des personnes intelligentes qui savent aller au-delà de ces situations.