L’équilibre de l’affirmation de soi

S’affirmer, c’est-à-dire être ferme dans ses opinions et les défendre avec beaucoup de bienséance ne signifie pas être impoli.

Il faut savoir bien équilibrer les deux faces d’une même pièce pour ne pas devenir gênant et paraître impoli dans la recherche d’affirmation de soi, avertissent les psychologues.

Tant dans les relations de travail au sein de l’entreprise que dans les relations affectives avec la famille et les amis, l’idéal est un comportement qui montre de la sécurité, mais sans diminuer les autres. Après tout, la cordialité ne se démode jamais !

S’affirmer pour quoi faire ?

S’affirmer est-il un moyen ou un but ?  Le problème de fond apparaît quand l’affirmation devient une source de pouvoir dominant ou écrasant. A partir du moment où cette personne utilise la manipulation pour arriver à ses fins, s’arrête l’affirmation de soi. Selon les dictionnaires, s’affirmer c’est donner une chose pour vraie. Pour le milieu professionnel et au sens de l’équipe, c’est savoir engager les personnes dans un seul et même but commun. C’est inspirer confiance, être rassurant, calme, faire preuve d’une grande tranquilité d’esprit. Une personne affirmée est une personne qui a une autorité naturelle, qui sait susciter l’envie d’avancer.

Bien que l’affirmation de soi passe par l’image que je renvoie à l’autre, certaines questions se posent logiquement quant aux moyens à déployer pour atteindre ce but. Nous vivons une époque de transformations, de changements, mais aussi d’ouverture ou les pertes de pouvoir, de repères, de valeurs passées provoque des réactions en chaîne où chacun cherche à s’affirmer à son niveau pour ne pas avoir l’impression de perdre, ou de diminuer son influence, son pouvoir. L’exploitation des réseaux, l’ouverture et l’appel d’air créé par la communication digitale engendrent obligatoirement la recherche de visibilité, d’impact, de popularité autrement que par l’autorité.

Néanmoins, nous vivons une époque pour certains où tous les moyens de s’affirmer sont bons pour sortir du lot, pour être vu et aussi être connu. Ces profils de personnes ne se posent même plus la question de la fin et des moyens. Tout les excès sont implicitement permis, tout est bon pour attirer l’attention. Même si cette visibilité n’est souvent qu’un feu de paille et que la popularité n’est que passagère, les non-valeurs de ces pratiques véhiculées principalement par la télé valorisent uniquement l’argent facile dont la médiocrité est la conséquence directe.

Comment résoudre les conflits grâce à la communication assertive ?

Une personne affirmée sait dire « non » et montrer ses opinions et positions de façon claire et justifiée, tout en étant compréhensive envers les idées et sentiments des autres. La communication assertive se fait dans le respect de soi et de l’autre, avec une visée d’accord mutuel plutôt que de gain.

L’affirmation de soi ne cherche pas le conflit, mais se base sur la communication efficace pour redonner le pouvoir à la personne, tout en améliorant la communication et les relations interpersonnelles grâce à l’honnêteté et à la sincérité. Elle permet d’éviter les conflits et que des problèmes ne se créent à cause de la répression des émotions et besoins de chacun.

Elle apprend à garder son calme aussi bien dans les paroles que dans les gestes lors d’un conflit (maintenir un contact visuel direct, une position corporelle relaxée). La personne sait alors argumenter de façon ouverte, exprimant ses goûts et intérêts et sachant dire non si besoin.

Lors d’un conflit, ou même lors d’une conversation classique, il est bon de faire entendre son opinion en commençant ses phrases par « je pense… », « mon opinion est… », « j’aimerais… ». L’objectif est d’élaborer un discours et d’offrir un espace sécuritaire au moment d’interagir avec les autres, afin de permettre et de se permettre d’être écouté et ainsi de trouver un solution qui convienne aux diverses parties.

Role du non-verbal dans l’affirmation 
Dans toute communication, il existe deux types de message: le message verbal et le message non-verbal. Le non-verbal concerne tout ce qui, dans la communication, n’est pas un mot : l’attitude, la gestuelle, l’intonation de la voix, les modifications dans le regard, voire même la respiration. Le non-verbal représenterait environ 90 % de l’information qui est envoyée dans un
message. L’affirmation passe donc aussi par le non-verbal. Sachez que vous dégagez plus d’authenticité lorsque votre non-verbal et votre verbal sont en harmonie, lorsque ce que vous dites révèle ce que vous pensez réellement : c’est la congruence. Indices d’un manque de congruence : hocher un non de la tête en disant quelque chose de positif, dire qu’on est heureux alors qu’on a un visage triste, etc

Les techniques et exercices d’affirmation de soi

Avant de mettre en place tous les exercices, vous voulez savoir quel est votre niveau d’affirmation de vous même ? C’est par ici, faites le test de Rathus , il peut vous aider à déterminer votre niveau d’affirmation de vous même.

L’affirmation de soi passe par un élément déclencheur obligatoire : L’action et la volonté d’agir, vous devez avoir envie de changer , envie de vous imposer un peu plus, d’exprimer vos sentiments et ressenties de façon claires et précises ( voir la communication bienveillante )

Sachez également que ces exercices sont crées et mis en place dans un seul but, modifiez vos croyances pour que l’affirmation de vous deviennent une habitude, une façon de faire logique et inconsciente.

 Exercice n°1 : L’affirmation de soi par le jeu de rôle

Pour favoriser l’affirmation de soi, la pratique de jeu de rôle est l’une des manière et surtout l’une des plus simples à mettre en place.

Prenez votre après-midi, invitez votre meilleur ami, votre femme, peu importe et mettez en place des situations avec un aspect pouvant être « gênant » pour une personne qui s’affirme que très peu. ( Un entretien annuel avec un patron par exemple )

Votre rôle sera de vous affirmer par différents leviers. Laissez votre ami jouer le patron et votre objectif personnel est simple, mettez vous dans le rôle, apprenez à dire ce que vous pensez , indiquez ce qui peut être amélioré ou changé.

Et ra pellez vous bien que dire ce que ne vous aimez pas et surtout apprendre à dire non n’est pas quelque chose de négatif au contraire.

 Exercice n°2 : La force de la reformulation pour s’affirmer

La reformulation consiste à reprendre les idées de votre interlocuteur et/ou les vôtres et de les remettre en forme pour confirmer une information.

Ce n’est pas vraiment un exercice mais plus une technique de communication qui peut vous aider à exprimer ce que vous pensez en rapport à une situation T.

Si vous avez réussi à bien définir une situation précise, il est plus facile d’y répondre et donc d’affirmer votre point de vue.

 Exercice n°3 : L’affirmation de soi par la mise en valeur

 Quelques petites exercices et conseils 

Cherchez des situations « gênantes » pour pratiquer votre affirmation de vous même; au restaurant demandez une remise si vous prenez café et un dessert par exemple, allez vous renseigner auprès d’un conseiller en magasin sans rien n’acheter..

Acceptez les compliments : Ne cherchez plus à vous trouver des excuses (merci mais ça pourrait être mieux ; Merci mais ce n’est rien ; Merci mais tout le monde peut le faire…)

L’affirmation de soi et le respect doivent aller de pair

Quel que soit le poste que vous occupez ou l’entreprise pour laquelle vous travaillez, l’affirmation de soi est une qualité appréciée qui peut faire la différence entre la réussite et l’échec.

Mais d’un autre côté, les employés qui ne savent pas comment agir avec respect et éducation dans leurs rapports avec les équipes, les dirigeants, les clients et les fournisseurs, ne sont plus tolérés.

Autrement dit, vous pouvez même atteindre vos objectifs et les résultats que l’entreprise attend, mais si la manière dont vous y parvenez ne convient pas, vous ne survivez pas dans l’organisation.

Pour s’affirmer dans le monde de l’entreprise, il faut être très concentré sur les activités pour lesquelles on a été engagé. Concentrez-vous et consacrez-vous à vos objectifs individuels, à ceux de votre région et de votre entreprise.

Pour y parvenir, certaines attitudes doivent être vécues dans la vie de tous les jours. L’organisation est la première d’entre elles.

Dressez la liste de vos tâches du jour, gérez votre temps afin de pouvoir respecter tous vos engagements dans les délais impartis et prenez soin des ressources dont vous disposez, en les protégeant et en faisant la gestion nécessaire.

La planification est également un mot clé dans la vie des personnes assertives. Établissez un calendrier détaillé de tout ce que vous devez faire et communiquez à chacun comment vous comptez atteindre vos objectifs.

Utilisez toute votre créativité et essayez d’agir de manière innovante. La perspicacité et la capacité à prévoir les problèmes et les obstacles éventuels sont des aspects très importants pour ceux qui veulent s’affirmer.

Autres conduites qui mènent à l’affirmation de soi

Évitez d’être agressif ou irritable. En plus de défendre vos opinions et points de vue de manière claire et transparente, vous devez savoir écouter les autres. Sachez que changer d’avis face à un bon argument fait aussi partie de l’affirmation de soi.

Argumentez en faveur de vos idées et faites toujours passer les intérêts collectifs en premier. Le mieux, c’est lorsque vous pouvez apporter une contribution à l’entreprise sans renoncer à vos résultats, vos convictions, vos croyances et vos valeurs individuelles.

L’affirmation de soi est une compétence des bons communicateurs. Ceux qui communiquent de manière productive et objective, sans demi-mot et sans langage purement technique et difficile à comprendre, sont de meilleurs employés dans les entreprises et gagnent plus de temps libre pour leurs relations personnelles avec leur famille et leurs amis.

Montrez que vous avez confiance en ce que vous dites. Cherchez toujours des exemples pratiques qui vous aideront à montrer que vous avez raison. Ne soyez pas tout le temps théorique, cela rend la compréhension difficile.

Célébrez et saluez les victoires remportées par vous et votre équipe. L’esprit de victoire doit toujours être présent. Cela permet de reconnaître l’effort de chacun, de motiver et de garantir l’énergie nécessaire aux prochains projets.

Recevez toutes les critiques sur votre travail avec humilité. Mais réfléchissez ensuite à toutes ces questions en les filtrant. En d’autres termes, voyez ce qui est vrai afin de pouvoir vous améliorer sur ces aspects. Et laisser de côté les infondées, en évitant le gaspillage d’énergie.

Il faut une bonne dose d’estime de soi pour s’affirmer dans la bonne mesure. Si vous avez des difficultés à cet égard, demandez l’aide d’un psychologue et parlez-en.

Il est certain qu’une thérapie, qui ne prendra peut-être même pas beaucoup de temps, vous aidera à vous affirmer.

Comment la développer durablement ?

Avant d’agir, il s’agit d’effectuer un « auto-diagnostic » de votre niveau d’assertivité en misant sur l’observation : quelles sont les situations qui vous rendent anxieux ? Comment les membres de votre entourage professionnel communiquent-ils et expriment-ils leurs demandes ? Avec quels effets en termes de compréhension mutuelle, de tensions, de résultats concrets ? À quoi aboutissent des comportements agressifs, passifs ou affirmés ? Comment analysez-vous vos attitudes personnelles ?

Cette phase préalable va permettre d’identifier des leviers pour développer votre propre assertivité. À savoir : Bien vous connaître et vous accepter, ne pas douter de votre valeur, éviter les comparaisons ; Appliquer les 4 accords toltèques (du spécialiste du développement personnel Miguel Ruiz) dans vos interactions quotidiennes : vous assurer que votre parole soit impeccable ; ne jamais prendre les choses « personnellement » ; ne pas tomber dans les suppositions ; et faire toujours de votre mieux. Pratiquer par essai/erreur et de façon progressive, d’abord avec des petits défis quotidiens, puis via des challenges plus importants (élargir le cercle des interlocuteurs, prendre l’initiative d’organiser une réunion…).

Apprenez à avoir confiance en vous grâce à cet exercice de PNL

Un exercice de PNL pour avoir confiance en soi : voilà ce que je vous propose aujourd’hui ! Dans cet article, vous découvrirez un moyen simple et rapide de vous sentir confiant. Pour cela, vous allez apprendre à appliquer les premières étapes du processus d’ancrage utilisé en hypnose et programmation neuro-linguistique (PNL). Avoir confiance en soi… voilà un sujet bien large ! Qu’est-ce qu’avoir confiance en soi ? Comment développer ce sentiment ? :

Confiance : Assurance, hardiesse, courage qui vient de la conscience qu’on a de sa valeur, de sa chance. OK ! Mais comment développer cette assurance, cette conscience de notre valeur ? Et dans quel(s) domaine(s) ? Car la confiance en soi est rarement absolue – nous nous sentons en confiance dans certaines situations, et moins en d’autres circonstances… et inversement…

Comment la PNL peut augmenter la confiance en soi ?

La PNL peut augmenter votre confiance en stimulant un souvenir agréable durant lequel vous aviez eu confiance en vous. Ainsi le corps s’appuie sur ces sensations et les conserve. Nous avons chacun notre définition de la confiance en nous et pour s’en rendre compte, je vous propose de suivre avec moi le cheminement suivant. Installez-vous confortablement dans un endroit calme dans la mesure du possible, afin de prendre quelques minutes pour vous.

 Une fois que c’est le cas, posez-vous simplement la question suivante : avez-vous déjà ressenti le sentiment de confiance en vous que vous recherchez ? Ne serait-ce que furtivement ? Dans quelque domaine que ce soit ?

 En effet, lorsque nous voulons être “confiants”, c’est souvent par rapport à une situation, ou un ensemble de situations. Exemple : je veux être confiant lorsque je parle en public ; je veux être confiant lorsque je fais du sport, etc.

Mais, ce que nous ne réalisons pas immédiatement, c’est qu’il existe souvent au moins un domaine tout autre dans lequel nous avons pu vivre cette confiance. Cela peut être : la cuisine : je suis sûr de moi lorsque je prépare une recette ; une activité de loisir particulière : je m’exprime avec confiance et me sens sûr de moi lorsque je décris le dernier livre que j’ai lu, lorsque je parle d’un musicien ou d’un peintre que j’apprécie ; ou toute autre activité…

Il peut également s’agir d’un moment, d’une expérience dans laquelle vous avez vécu ce que signifie la confiance pour vous. Cela peut être une situation au travail, où vous avez été particulièrement en confiance ; une situation sociale, en famille, entre amis ou avec des inconnus…

 Progresser, ça se travaille !

Pour remonter dans sa propre estime, il faut accepter d’être imparfaite, ne pas vivre dans l’obsession de plaire, et agir. Établissez la liste de toutes les situations que vous avez tendance à éviter et planifiez un programme d’entraînement. Par exemple, si vous n’osez pas déranger les gens, vous pouvez décider d’arrêter, chaque jour, dix personnes dans la rue pour leur demander un renseignement. Vous débutez par des situations faciles, puis vous augmentez la difficulté en abordant des passants qui vous impressionnent. Plus vous multipliez vos programmes d’entraînement, plus vous progressez.

Celui qui a lu ce texte s’y est également intéressé :

PTSD – Trouble de stress post-traumatique

PTSD – Post Traumatic Stress Disorder est le nom que la médecine donne à l’ensemble des réactions psychologiques et physiques qui peuvent survenir après un événement traumatique. Lorsqu’elle n’est pas accompagnée par un psychologue, elle a tendance à aggraver et à entraver la vie quotidienne de la victime.

Psychologue et CBT

TDAH chez les adultes

TDAH – Le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité est une maladie connue de tous qui touche les enfants et qui est découverte pendant le trimestre scolaire. Ce que beaucoup de gens ignorent, c’est qu’elle peut persister dans la vie adulte.